Le roman du grand requin blanc « l’Aumakua »/ The Great White Novel « The Aumakua »

Les questions que vous commencez déjà inconsciemment à vous poser vont petit à petit devenir obsolètes lorsque vos neurones vont se calquer sur ceux de ce prédateur ressuscité. Comme si tout ce qui constitue votre esprit (votre esprias en réalité) fait de ramifications et d’intrications diverses et variées par milliards n’aurait jamais put un seul instant vous permettre de comprendre le sens exact de l’existence de l’univers : ce Graal suprême que les kanakas s’évertuent à chercher depuis l’aube de l’entendement des choses sous leur prisme de sans caudale. Alors, sorti de nulle part et totalement imprévisible, c’est d’un autre regard inattendu que la réponse va se dévoiler. Les choses sont en fait si simples quand on y pense un peu. Cela en devient presque navrant et il faut bien dire la vérité : les apeurés du néant se garderont en fait le plus longtemps possible de cette volonté de découvrir l’ordonnancement du système tout entier et ses principes structurels intrinsèques et extrinsèques car ils auraient inconsciemment peur de succomber à un éternel ennui en plus de la honte que l’Aumakua la leur ait délivré. Comme s’il fallait sans cesse renouveler cet affleurement de jouissances répétitives en échappant à un orgasme unique salvateur. Si vous pensez faire partie de cette espèce d’organismes, surtout, éloignez-vous de cette chose pleine de mots improbables. Si au contraire, vous cherchez à atteindre la connaissance ultime alors plongez à l’infini dans ce cloaque ; et pour votre salut et celui de l’univers tout entier, n’en ressortez jamais.

« Notre constitution était ainsi faite qu’à l’avant nous étions profilés pour le transpercer et à l’arrière profilés pour le contraindre : cette combinaison métabolique faisait de nous et de notre raison d’être et d’agir de parfaits représentants de cet élément transporteur infini. J’utilisais plusieurs termes pour le nommer comme l’incompressible ou le fluide. Mais selon ses particularités, ses couleurs, son comportement, son niveau d’énergie et les régions sillonnées, d’autres noms me venaient pour qualifier ces étendues caractéristiques plus vastes ou plus homogènes. Le monde bleu, ainsi que je nommais ce premier milieu du fluide rencontré à l’issue du monde noir, était celui en qui j’allais poursuivre ma fonction ordonnée par lui. « 

https://www.leromandugrandrequinblanc.fr/

https://www.bookelis.com/science-fiction/51190-L-AUMAKUA.html