Are viruses living organisms? An almost fierce question…

This question seems extremely curious to see completely senseless and for cause! There is no consensus among biologists and other « specialists » on the definition of living, what about what is alive or not? In addition to selecting organisms by colonizing their cells, viruses therefore have a great interest in biology research and more.

This thorny problem concerning viruses and the exact meaning of life, which is hidden in watermark, will, on the other hand, allow us to work on the validity or otherwise of the concept of esprias, that is to say, of what, according to geo-metaphysics, characterizes what is alive from what is not.

Biologists with no knowledge of this concept would perhaps break their teeth on the definition of living.

Indeed a pebble is not alive, but why? Biologists will tell you that the reason comes from its non-replication or lack of cytoplasm or autonomy (the latter point is beginning to be interesting), but it is unfortunately insufficient for the time being to distinguish the « living » from the « inert. » Indeed, viruses not of cytoplasm, do not replicate « alone » and seem devoid of any autonomy or « will » (they would colonize the cells without making express according to the great names of biology)!

Even more than pebbles or rocks, it would therefore appear that the viruses are non-living, or that they are in an intermediate state, such as undead or « zombies. » So viruses would be like pebbles or rocks in the mountains watching us sunbathing or surfing!

What a funny impression it is to be attacked by stones or rocks in the coming winter!

So to shed light on our somewhat unbridled lantern, here is our valuable response Sunday night in the form of a letter addressed to Gladys Kostyrka, whose thesis on the living and viruses did not go unnoticed:

Dear Mrs Kostyrka,

I have read your « reference » thesis on the definition of the living through the study of the virus in science and literature; remarkable and very useful work at a time when questions are ever more numerous and insolent. My printer still deserves to live because she got your 800 pages right.

Let me ask for your attention to inform you of my work on the redefinition of the living through the prism of distinctive modes of transformation between « Infractive (primitive) » and « Proactive (augmented) » related or not through a program of transformation of matter and energy called « esprias * » located in molecules, genes and organic cells.

The organisms would be as is due to the presence or not of this espriassic program making, for example, the virus an organism in its own right contrary to the current classification.

Viruses transform cells: this is their function. They are « contrarian » agents, engines of cell mutations for the protection, reinforcement, destruction or disappearance of cell-like genetic material. To do this they would have a priori a program of transformation of matter and energy: an esprias *.

These results appeared to me by identifying two modes of transformation that have never been observed to date; the proposing genes, the disposing medium.

– The infractive mode *: the medium.

– Proactive mode *: organisms (esprias).

There is a third intermediate mode that I recently called profractive *: it is at this stage that the first « organisms » (molecules) capable of transforming by themselves would have appeared because suddenly predotated esprias (program of increased transformation) or endowed with proto-esprias, the medium transforming things in itself and not by itself.

This third stage appeared to me when I read an article about John Chaput of the University of Arizona. Here are my observations:

One less carbon molecule in ATN makes duplication more « spontaneous » (the result of John Chaput’s research).

This would in fact indicate that this « spontaneity » induces a more infractive than proactive character because of a synthesis speed « simpler and therefore faster and therefore closer to the original half-proactive half-infractive » soup « which could be described as profractive.

The NTA could represent the manifestation of the profractive TME of the general TME, appearing as the transitional mode between the infractive and proactive TME *.

This would explain when and how the very first esprias would have appeared as such with a proactive TME program « opposed » to the infractive TME, depending on whether or not the ATN was mutated into RNA and then DNA.

However, the issue is not resolved for viruses. Are viruses organisms (so esprias)?

It would indeed seem, even if they are devoid of membranes and cytoplasm differentiating them from the cellular organisms of which they are the (parasitic organic transformers) composed only of nucleic acids.

They would have appeared at the same time and even before the cells and would have had the « role » among other things, to sort the strongest and weakest of them, that is to say to test them from the inside, thus allowing their genetic reinforcement against the outside. Their indirect function, by attempting to transform them, has been to regulate them so that the most successful of them survive and the least successful disappear, at the same time generating the most suitable mutations: the mechanism of usual natural selection. Humans are partly there thanks to viruses.

The first stable folded forms synonymous with genetic function emit initial combinations between primitive sugars (infractive or profractive) type ATN and nano proteins consisting of sequencing of amino acid residues bound together by peptide bonds generated the « molecular function » of increased transformer, allowing a rapid evolution to RNA and then DNA, from which would result the espriasic multitude of living.

Future work in micro biology, exobiology and origin of life will have to focus on the link between amino acids, nano proteins, nucleic acids, ATN DNA RNA in order to invalidate or confirm the principle and the appearance of the first esprias: what biologists call « living organisms. »

At this point in my email, it was only intended for Damien Aubert of the University of Clermont and John Chaput of the University of Arizona to whom I wrote this weekend.

Meanwhile I fell by chance on your thesis!

At the moment when I just flew over it, it came to me to the idea that proto-esprias would be molecules that became autonomous by having contracted an increased transformative power (out of immediate reach of the disruptive environment) and this, in a sufficient time to allow duplication despite the infractive hostility.

Then, by searching (common/any azimuth) for duplication to make continue this increased transformative power, they would have adopted different properties depending on the mutations occurring here and there, the fruit of the (non-absolute chance or absolute probabilities) inherent in the general TME.

Although still subject in a very short time to the infractive environment, as is always the case with viruses, proto-viruses, by parasitising other proto-molecules, then proto-cells, would have allowed both the selection of these same molecules and cells but also mutations would have necessarily taken place within all this protein luxuriance, nucleic, molecular and cellular, the outcome and common point of « Life » would be the emergence of esprias.

Esprias, a unique expression of the living, would be inscribed in the suddenly autonomous proto molecules (spontaneously), then more complex molecules (with more functions of transformation increased) then, in the cells and their genes, all this, by the prism of the transformative power of the organism in question. This would partly close the debate on the definition of « living. » Any increased transformation means « living. » The sun is not alive, the moon is not alive, the amino acids are not alive, the water is not alive, the gases are not alive, they are the general TME or the infractive.

It would be at the moment when a molecule (virus, cells or proto-molecules) arrives for an infinitesimal period of time to get rid of the infractive TME (the medium) that it could be considered that the esprias appears and attempts its duplication by an autonomous transformation power of a new kind. By continuing, the multiplication of these mutations, reinforcements and selection of increased transformations, would inevitably lead to the espriasic chain of the present life.

The virus is « alive » if an esprias allows it to act for itself and against the infractive to which it tries to emancipate itself, otherwise it is only the infractive, neither more nor less, than matter and energy in search of infinite autonomy (if I may say so).

It would be this period of franking to the infractive that would automatically define the moment when the molecule would become autonomous in its quest and its transformative power with increased character. By succeeding in its duplications and/or mutations despite the power and adversity of the infractive environment, it would attempt to become more complex and increase its autonomy and transformative power * of the proactive type.

Until now the forms of the living (molecules) are subject to the infractive to which they belong. Little by little they try to emancipate themselves in spite of them by the emergence of new associations and fortuitous combinations (amino acids, nano proteins, ultraviolet rays, water, electricity, suffering, carbon) and new forms appear generating new functions because of their singular forms and the permanence of continuous synthesizations and creation generating ever more complex new forms. Until now, the molecules were devoid of any function. These functions are comparable to the relatively detached autonomy of the general TME. New molecules emanate from the general TME while still being subject to it. They were both causes and consequences of the general EMR. One of these functions was the increased transformation: the construction, the regeneration and so on up to the multiple capacities of the current increased constructions. Abiotique≠Biotique = infractif≠proactif

In earnestly hoping to read or hear you on this subject, I beg you to believe, dear Madam, in the assurance of my perfect consideration.

Very sincerely and well to you,

Elran Valceka copyright 2020

Les virus sont ils des organismes vivants ? Une question presque farfelue…

Cette question parait extrêmement curieuse voir complètement insensée et pour cause ! Il n’existe aucun consensus parmi les biologistes et autres « spécialistes » sur la définition du vivant,  quid de ce qui est vivant ou non ? En plus de sélectionner les organismes en colonisant leurs cellules, les virus ont donc un grand intérêt pour la recherche en biologie et plus encore.

Ce problème épineux concernant  les virus et le sens exact de la vie qui se cache en filigrane, va à contrario nous permettre de travailler sur la validité ou non du concept d’esprias, c’est à dire de ce que qui justement, d’après la géo-métaphysique, caractérise ce qui est vivant de ce qui ne l’est pas.

Les biologistes n’ayant nullement connaissance de ce concept se casseraient peut être les dents sur la définition du vivant.

Effectivement un cailloux n’est pas vivant, mais pourquoi ? Les biologistes vous diront que la raison provient de sa non réplication ou de son absence de cytoplasme ou encore d’autonomie (ce dernier point commence à être intéressant), mais il est malheureusement insuffisant pour l’heure pour distinguer  le « vivant » de « l’inerte ». En effet, les virus non ni de cytoplasme, ne se répliquent pas « seuls » et semblent dénués de quelconque autonomie ou « volonté »  (ils coloniseraient les cellules sans faire exprès d’après les grands noms de la biologie) !

Plus encore que les cailloux ou les rochers, il semblerait par conséquent que les virus soient non vivants, ou qu’ils soient dans un état intermédiaire, comme des morts-vivants ou des « zombies ». Donc les virus seraient comme des cailloux ou des rochers à la montagne nous regardant bronzer ou faire du surf !

Quelle drôle d’impression de se faire attaquer par des cailloux ou des rocher l’hiver venant !

Alors pour éclairer notre lanterne quelque peu déboussolée, voici notre précieuse réponse du dimanche soir sous forme de lettre adressée à  Gladys Kostyrka, dont la thèse sur le vivant et les virus n’est pas passée inaperçue :


Chère Mme Kostyrka,

J’ai pris connaissance de votre thèse de « référence » sur la définition du vivant à travers l’étude du virus dans la science et la littérature ; travail remarquable et très utile à  l’heure où les questions sont toujours plus nombreuses et insolentes. Mon imprimante mérite encore de vivre car elle a eu raison de vos 800 pages.

Permettez-moi de solliciter votre attention pour vous informer de mon travail sur la redéfinition du vivant par le prisme de modes de transformations distinctifs entre « Infractif (primitif) » et « Proactif (augmenté) » lié à l’entremise ou non d’un programme de transformation de la matière et de l’énergie nommé « esprias* » situé dans les molécules, les gênes et les cellules organiques.

Les organismes seraient tels quels en raison de la présence ou non de ce programme espriassique faisant, par exemple, du virus un organisme à part entière contrairement à ce qu’en pense la classification actuelle.

Les virus transforment les cellules : c’est leur fonction. Ce sont des agents « contrariants », moteurs de mutations cellulaires de protection, de renforcement, de destruction ou de disparition de matériel génétique de type cellulaire. Pour ce faire ils seraient a priori dotés d’un programme de transformation de la matière et de l’énergie : un esprias*.

Ces résultats me sont apparus en identifiant deux modes de transformations jamais observés jusqu’à présent ;  les gènes proposant, le milieu disposant.

– Le mode infractif* : le milieu.

– Le mode proactif*: les organismes (les esprias).

Il y a un troisième mode intermédiaire que j’ai récemment appelé  profractif* : c’est à ce stade que seraient apparus les premiers « organismes » (molécules) capables de transformer par eux mêmes car soudainement prédotés d’esprias (programme de transformation augmenté) ou dotés de proto-esprias, le milieu transformant les choses en lui même et non par lui même.

Ce troisième stade m’est apparu en lisant un article sur John Chaput de l’Université d’Arizona. Voici mes observations :

Une molécule de carbone en moins dans l’ATN rend la duplication plus « spontanée » (résultat de la recherche de John Chaput).

Ceci indiquerait en fait que cette « spontanéité » induit un caractère plus infractif que proactif en raison d’une vitesse de synthétisation » plus simple et donc plus rapide et donc plus proche de la « soupe » mi-proactive mi-infractive originelle que l’on pourrait qualifier de profractive.

L’ATN pourait représenter la manifestation de la TME profractive de la TME générale, figurant comme le mode transitoire entre la TME* infractive et proactive.

Ceci expliquerait quand et comment seraient apparus les tous premiers esprias en tant que tels dotés d’un programme de TME proactif « opposée » à la TME infractive, dépendant de la mutation ou non de l’ATN en ARN puis ADN.

La question n’est cependant pas résolue pour les virus. Les virus sont-ils des organismes (donc des esprias) ?

Il semblerait bel et bien, même s’ils sont dépourvus de membranes et de cytoplasme les différenciant des organismes cellulaires dont ils sont les (transformateurs organiques parasitaires) composés seulement d’acides nucléiques.

Ils seraient apparus en même temps et même avant les cellules et auraient eu pour « rôle » entre autre, de trier les plus fortes et les plus faibles d’entre elles, c’est à dire de les mettre à l’épreuve depuis l’intérieur, autorisant ainsi leur renforcement génétique contre l’extérieur. Ils ont eu pour fonction indirecte, en tentant de les transformer, de les réguler pour que les plus abouties d’entre elles survivent et les moins abouties disparaissent engendrant par la même occasion les mutations les plus adéquates : mécanisme de la sélection naturelle habituel. Les humains seraient en partie là grâce aux virus.

Les premières formes repliées stables synonymes de fonction génétiques issuent de combinaisons initiales entre des sucres primitifs (infractifs ou profractifs) de type ATN et des nano protéines constituée d’enchaînement de résidus d’acides aminés liés entre eux par des liaisons peptidiques a engendré la « fonction moléculaire » de transformateur augmenté, permettant une évolution rapide vers l’ARN puis l’ADN, de là découlerait la multitude espriassique du vivant.

Les futurs travaux en micro biologie, exobiologie et origine de la vie devront s’orienter vers le lien entre Acides aminés, nano protéines, acides nucléiques, ATN ARN ADN afin d’infirmer ou de confirmer le principe et l’apparition des premiers esprias : ce que le biologistes appellent les « organismes vivants ».

A ce stade de mon courriel, ce dernier n’était destiné qu’à Damien Aubert de l’Université de Clermont  et à John Chaput de l’Université d’Arizona à qui j’ai écris ce week-end.

Entre temps je suis tombé par hasard sur votre thèse !


A l’heure où je viens de la survoler, il m’est venu à l’idée que les proto-esprias seraient des molécules devenues autonomes en ayant contracté un pouvoir de transformation augmentée (hors de portée immédiat du milieu perturbateur) et ce, en un temps suffisant pour permettre la duplication malgré l’hostilité infractive.

Puis, par recherche (commune/tout azimut) de duplication pour faire perdurer ce pouvoir de transformation augmenté, elles auraient adopté des propriétés différentes en fonction des mutations survenues ça et là, fruit du (hasard non absolu ou des probabilités absolues) inhérentes à la TME générale.

Bien qu’étant toujours assujetties dans un temps très court au milieu infractif, comme c’est toujours le cas pour les virus actuellement, les proto-virus, en parasitant d’autres proto-molécules, puis des proto-cellules, auraient permis à la fois la sélection de ces mêmes molécules et cellules mais également des mutations auraient forcément eu lieu au sein de toute cette luxuriance protéinique, nucléique, moléculaire et cellulaire, dont l’aboutissement et le point commun de « Vie » serait l’émergence de l’esprias.

L’esprias, expression unique du vivant,  serait inscrit dans les proto molécules devenues soudainement autonomes (spontanément), puis des molécules plus complexes (avec plus de fonctions de transformations augmentées)  puis, dans les cellules et leurs gènes, tout ceci, par le prisme du pouvoir transformateur de l’organisme en question. Ceci clôturerait en partie le débat sur la définition du « vivant ». Toute transformation augmentée signifie « vivant ». Le soleil n’est pas vivant, la Lune n’est pas vivante, les acides aminés ne sont pas vivants, l’eau n’est pas vivante, les gaz ne sont pas vivants, ils sont la TME générale ou l’infractif.

Ce serait au moment où une molécule (virus, cellules ou proto-molécules) arriverait pendant un laps de temps infinitésimal à s’affranchir de la TME infractive (le milieu) que l’on pourrait considérer que l’esprias apparaît et tente sa duplication par un pouvoir de transformation autonome d’un nouveau genre. En se poursuivant, la multiplication de ces mutations, renforcements et sélection de transformations augmentées, aboutirait inévitablement à la chaîne espriassique du vivant actuelle.

Le virus est « vivant » si un esprias lui permet d’agir pour lui et contre l’infractif auquel il tente de s’émanciper, dans le cas contraire, il n’est que de l’infractif, ni plus ,ni moins, que de la matière et de l’énergie en quête d’autonomie infinie (si je puis dire).

Ce serait ce laps de temps d’affranchissement à l’infractif qui définirait automatiquement l’instant où la molécule deviendrait autonome dans sa quête et son pouvoir transformateur à caractère augmenté. En réussissant ses duplications et ou ses mutations malgré la puissance et l’adversité du milieu infractif elle tenterait à se complexifier et à augmenter son autonomie et son pouvoir transformatif* de type proactif.

Jusqu’à présent les formes du vivant (les molécules) sont assujetties à l’infractif auxquelles elles appartiennent. Petit a petit elles tentent de s’en émanciper malgré elles par l’émergence de nouvelles associations et combinaisons fortuites (acides aminés, nano proteines, rayons ultra violets, eau, électricité, souffre, carbone) et de nouvelles formes apparaissent engendrant des fonctions nouvelles du fait de leurs formes singulières et de la permanence de synthétisations et de création continues engendrant sans cesse de nouvelles formes toujours plus complexes. Jusqu’à présent les molécules étaient dépourvues de toute fonction. Ces fonctions sont comparables à de l’autonomie relativement détachées de la TME générale. De nouvelles molécules s’émancipent de la TME générale tout en y étant toujours assujetties. Elles étaient à la fois causes et conséquences de la TME générale. L’une de ces fonction fut la transformation augmentée : la construction, la régénération et ainsi de suite jusqu’aux multiples capacités de constructions augmentées actuelles. Abiotique≠Biotique = infractif≠proactif

En espérant vivement vous lire ou vous entendre à ce sujet, je vous prie de croire, chère madame, en l’assurance de ma parfaite considération.

Très sincèrement et bien à vous,

Elran Valceka copyright 2020

Lien vers la thèse remarquable de Gladys Kostyrka  : https://www.ihpst.cnrs.fr/membres/anciens-membres/kostyrka-gladys

*néologismes