Les esprias : programmes uniques et autonomes de transformation de la matière et de l’énergie

The Esprias: the second key of the System or Principle-object resulting from the organic TME

We have just shown the existence and omniscience of TME as the first key to the System and its general scope in which humans and organisms are proactive vectors of TME 4 and 5. But is it that allows men and organizations to be able to transform on their own and by themselves?

It would seem that a program of transformation of matter and predefined energy within cells and nervous systems specific to the living world intervenes directly in these processes of increased transformation. In order to simply identify this second key of the System, we will agree to name this entity or this organic software according to the following neologism: a Esprias. The study of esprias authorizes us to propose the existence of a new biogeographic discipline: the Esprialogie.
For practical purposes we will focus more on the study of anthropic esprias, the singularity of which would seem to condition the very existence of the system unlike all other organic esprias.

1)      What is esprias?

 

Esprias is both a principle in itself and a real object that is observable and quantifiable. Esprias (with a capital E) is the result principle of the general TME inherent in any organism.
Esprias (with a tiny e) is the program of transformation of matter and energy specific to each species of organism (including man) resulting from the transformation potential resulting from both the expression of its genes that modeled it and those defining its type of transformational power within the general TME.
These same genes (compounds of RNA then of DNA) come from a similar embryonic process, themselves stemming from the meeting of elementary particles (including amino acids) generating unicellular microscopic spikes (proto-esprias), appearing only during the meeting of appropriate primitive infractive conditions. It is the ultimate power of TME during the meeting of these optimal infractive conditions to have to engender such processes, allowing the emergence of what in return we have the opportunity to call Life. By analogy, esprias is like a computer processor but present within an organization allowing its animation in an autonomous way. There are as many types of spies as there are organic systems that permit their implantation, « generally » living organisms until proven otherwise, unless the system is itself a « Global Esprias », we will return to this point later.

In addition, esprias being active by definition or potentially active, it does not need to qualify it as proactive it would be a euphemism. This qualifier is reserved for the TME and the notions of time and space in order to be able to identify their quality-function within the System.
It should be noted that there are two distinct types of general esprias corresponding to TME 4 and 5: Facto espia and Sapio esprias. The Sapio spree is the characteristic of the man who knows what he is doing, unlike the esprias facto who does nothing without knowing what he is doing in the absolute. The first, the Sapio esprias corresponds to the anthropogenic TME, the second, the Facto esprias corresponds to the organic TME (animal, plant and micro TME). What are the similarities and the differences between these two types?

 

a) Common characteristics and differences between esprias Sapio and Facto

 

Commonalities:
– Esprias are conditioned by and circumscribed within the general TME. They allow and allow in turn TME of type 4 (anthropogenic) and 5 (organic).
– Spies act according to a given space-time or sought. This determines the existence of so-called proactive Sapio or Facto space-times (ex: the tunnel under the sleeve and the roots of a tree under the ground), unlike the potential infractive and infractive space-times (terrestrial subsoil) * see chapter 3. The notion of space-time is induced by competition. A tree has a esprias just like a man since both organisms transform matter and energy and exchange information within space-time of their own.

– There are no spies alone, since esprias’s own, in addition to transforming its environment, is that it communicates with its peers (type 4 and 5) and with itself (type 4 only). A man alone could talk to himself but succumb to this nonsense.
Sapio and Facto spia are organic transforming entities or proactive organic entities composed of several other identical entities per observation scale according to the species considered as espriasic cells or esprias cells (as desired). Ex: the representatives or individuals of a species or an ethnic group.

– Spider cells (individuals) are conditioned by genes themselves potentially activated or deactivated dictating the anatomy and basic behavior already registered and other genes dictating behaviors according to new direct and / or indirect conditions, infractive and / or proactive in space and time (cycle-entities for Facto esprias and space-times for Sapio esprias). Spider cells are thus subject to a set of guidelines, stimuli, and information on the general (infractive and proactive) TME converging on so-called « reptilian » analysis cells fulfilling the function of survival and by a way of consequence to that of the whole group, if the logic is respected.

 

The differences:
– The Facto esprias are strictly subject to the TME; the Sapio spies try to free themselves from it.
– Of the two types of esprias, Facto is the only one to be subject to all subtypes of TME (1 2 3 and 4). Medicine has definitively annihilated the power of annihilation with a potential infractive character of the latter on the human specie in a general way except for interest and / or special espriasic exception (laboratory viruses).
– Of all the Facto esprias, the vegetable is the only one of all with the mushrooms and the corals to be able to escape. Its only defense is its explosive character within the cycle entity or the infractive space-time. Hence the geological epochs qualified by this explosion, ex: the Carboniferous.

The transmission of esprias within the same espriasic group is carried out according to a determined mode of autonomy. There are 3 different reproductive modes of autonomy:

  • A reproductive mode of direct autonomy; that is, exclusively genetic (ex: fish, reptiles, some insects, invertebrates, plants, and micro-organisms).
  • A reproductive mode of indirect autonomy (including Sapio esprias): through help, presence, contact and language (ex: mammals, marsupials). Without proceeding, the receptacle of genetic activation of the esprias in question remains empty and incomplete. Genes willing to receive the information necessary for the development of so-called social espía being unactivated it concludes to the impossibility for the organism to act and to transform, consequently it decays. (Ex: the experiment carried out in the 13th century by the Emperor Frederique II « about » six new born humans fed without contact, or his, by wise women, in order to know which language they would speak instinctively, have all ended up withering). Without knowing it the monarch demonstrated the existence of this reproductive mode of indirect autonomy of mammalian type esprias.
  • A reproductive mode of direct and indirect autonomy, ex: certain social insects whose general behavior is expressed by and for the whole group, self-help and nursery. Ex: hives and anthills.

 

b)        Objective of the esprias :

 

The goal of each esprias is to perpetuate its mode of transformation of matter and energy according to a space-time or a correlated entity-cycle that is proactive and die as late as possible. To this end and beyond the infractive constraints (the middle), it is brought by nature and according to various strategies (that is to say according to the principle of adaptability and the principle of competition inter and intra-species inductive motors of TME 4 and 5) to have to be: rub shoulders, to merge with, to mix with, to ignore, to submit to, to flee, to hide, to pretend to be like, to sacrifice oneself to, to protect oneself, to fight back, to dominate, to invade , destroy, other forms of esprias.

c)         Two common modes of inter and intra-spectral interactions:

 

  • Accepted interactions: rub shoulders, merge, mix, accept, share, reproduce, exchange, help, respect, save.
  • Interactions denied: Ignore, flee, hide, pretend, sacrifice, submit, dominate, torture, eat, destroy, annihilate, invade, steal.

 

All these interactions are conditioned by behavioral external development (a spatio-temporal strategy therefore geographical and historical) and / or internal biological (a behavioral adaptation and / or an anatomical mutation according to the law of the evolution of Darwin induced by the TME, in order to allow the emergence of the best « vector » of the objective sought by the System according to this same induced equilibrium.

 

It is this same condition that controls the prey-predator ratio in the animal kingdom and the competition between and between species forcing each representative of the same species at a time to become the best within their own group and within all other existing (potential) species in their habitat.

 

d)      Where is Esprias?

 

It is located within genes (RNA and DNA) and nervous systems. For more evolved organisms, transforming matter and energy in a more complex way, esprias is multiplied and complexed within a singular anatomical entity and devolved to this charge, called « brain ». Esprias has thus carried out a transmutation or progressive transfer in a specialized anatomical part (the head) in order to optimize its proactive function of transformation. What are the inductive properties of these two types of esprias?

 

2)      Facto esprias of organic TME: inductive properties

 

a)        The three inductive properties of an animal organic facto esprias:

 

– Genes, a species, one or space-time, a language (anatomy), a behavior (all the organisms of the same species communicate with each other and behave in a manner according to their species).

– A diet (vegetarian, carnivorous, omnivorous, insectivorous, oligovorous, minerovorous).
– One or more modes of space-time displacement and implantation (terrestrial, aquatic, aerial, amphibian, extra terrestrial)

Example: The red ants and the black ants correspond to an organic Facto esprias. Each of these species is composed in its turn of antispirical ant cells of its own species and defined by several inductive properties (see Part C on the inductive properties of esprias), ethological and biological determined.

 

b)The three inductive properties of a plant organic facto esprias:

 

– Genes, a species (anatomy), a language, a behavior;
– A diet and heat called photosynthesis (carnivore, insectivore, oligovore, minerovore);
– One or more modes of space-time displacement and implantation (terrestrial, aquatic, aerial, amphibian, extra terrestrial)

 

c)The three inductive properties of an organic esprias facto micro TME (fungi, viruses, bacteria, unicellular organisms):

 

– Genes DNA, a behavior, a type of TME linked to an environment (temperature, pressure, brightness, type of infractive or proactive space (cosmic, aquatic, aerial, host);
– A diet;
– One or more modes of spatio-temporal displacement and implantation (organic, terrestrial, aquatic, aerial, amphibian, extra terrestrial). We can glimpse in this category an embryonic frame of the developments of esprias or proto-sprias within the evolution fruit of a mixing of elementary particles with optimal infractive conditions.

 

3) A remarkable esprias: the anthropic esprias

 

The general anthropic esprias (in the sense of the human species) also called E.A is a program of the general TME specific homino sapiens sapiens sapiens thus Sapio exclusive type by definition. In other words, it is the software par excellence of the anthropogenic TME: an impalpable program-entity located both in the brain and in the DNA of humans and declable in as many other esprias of variable « forms » by reproduction system or fusion. These declensions express a self-reproduction operation. The whole of mankind represents anthropic esprias composed in turn of different types of esprias according to the scale of observation commonly used called countries, ethnic groups or individuals, etc… No rule determines, a priori, its dimension maximum spatio-temporal extra-geographical and demographic. Each type of anthropic esprias, whatever the scale of analysis, is determined by a certain number of inductive properties which in turn determine each espriasic cell. These inductive properties are transformable and interchangeable. There are 7 major scales of general study: the general scale (the principle of anthropic esprias as such), the meta-scale (the great currents espriasic), the mega-scale (large continental and geographical entities espriasic) , the standard scale (the autonomous and independent classical countries), the fragmented scale (the continents and the unstable and divided countries), the confined or community scale (the particular and isolated espriasic entities), the family and individual scale.

Two countries are different because they have different esprias. Example French esprias is different from English esprias and each of them is composed of own espriasic cells: French and English individuals. Anthropic esprias are defined by an economic-linguistic schema: a basic espriasic plot. There are as many esprias as there are economic-linguistic structures, and their evolution depends on that of those structures that determine them first. Therefore, we can observe 6 kinds of remarkable anthropic esprias which evolve according to the spatio temporal evolution of the Men.

Ø  The meta-esprias:

Defined by the geographical extent of an espriasic schema. Ex: the Anglo-Saxon liberal meta-esprias (Western in the broad sense) and the Asian liberal meta-esprias and the Hispanic meta-esprias-liberal. Is Europe a meta-esprias? Which language? In the process of switching to the Anglo-Saxon liberal?

Ø  The mega-esprias:

Major nations or dominant world entities: USA, China, Russia, Brazil. Africa and Europe (balkanized?)

Ø  The standard esprias:

Ex: French esprias, Turkish esprias, english esprias (schemas espriasique) meta-esprias liberal Anglo-Saxon.

Ø  The fragmented or balkanized esprias:

Ex: Africa as a whole, Central America, the Middle East, by separation and division technique set up by the dominant esprias to subtract the resources of the infractive space-time.

Ø  The isolated esprias:

Ex: Inuit, North American Indians on Reserves

Ø  The espriasic cell:

Each of us

 

Anthropic Esprias: General Scalar Typology

Mais qu’est ce qui autorise les hommes et les organismes à pouvoir transformer d’eux-mêmes et par eux-mêmes ?

Il semblerait qu’un programme de transformation de la matière et de l’énergie prédéfini à l’intérieur des cellules et des systèmes nerveux, propres au monde vivant, intervienne directement dans ces processus de transformation augmentée. De manière à identifier simplement cette deuxième clé du Système, nous conviendrons de nommer cette entité ou ce logiciel organique selon le néologisme suivant : un Esprias. L’étude des esprias nous autorise à proposer l’existence d’une discipline biogéographique nouvelle : l’Esprialogie.

A des fins pratiques nous nous pencherons davantage sur l’étude de l’esprias anthropique dont la singularité semblerait conditionner l’existence même du Système contrairement à tous les autres esprias organiques (végétaux, animaux, insectes, bactéries, champignons, virus).

 

Qu’est ce qu’un esprias ?

 

L’Esprias est aussi bien un Principe en lui-même qu’un objet réel c’est-à-dire observable et quantifiable. L’Esprias (avec un E majuscule) constitue le Principe-objet de la TME générale inhérent à tout organisme.

L’esprias (avec un e minuscule) est le programme de transformation de la matière et de l’énergie propre à chaque espèce d’organisme (l’homme inclus) résultant du potentiel de transformation issu à la fois de l’expression de ses gênes l’ayant modelé et ceux définissant son type de pouvoir de transformation au sein de la TME générale.

Ces mêmes gênes (composés d’ARN puis d’ADN : codes de construction et d’instructions comportementales de transformation des esprias) sont issus de processus embryonnaires similaires, eux-mêmes issus de la rencontre de particules élémentaires (dont les acides aminés) génératrices d’esprias microscopiques unicellulaires (les proto-esprias), apparaissant uniquement lors de la réunion de conditions infractives primitives adéquates.

C’est le pouvoir ultime de la TME, au cours de la réunion de ces conditions infractives optimales, d’avoir à engendrer de tels processus autorisant l’émergence de ce qu’en retour nous avons l’opportunité d’appeler la Vie. Par analogie, l’esprias est  comme un processeur d’ordinateur mais présent au sein d’un organisme permettant son animation de manière autonome. Il existe autant de types d’esprias que de systèmes organiques autorisant leur implantation, « généralement » des organismes vivants jusqu’à preuve du contraire, à moins que le système ne soit lui-même qu’un « Esprias Global », nous reviendrons sur ce point ultérieurement.

 

Où se situent les esprias ?

 

Comme nous l’avons évoqué plus haut, l’esprias se situe au sein même des gênes (ARN et ADN) et des systèmes nerveux. Pour les organismes plus évolués, transformant la matière et l’énergie de manière plus complexe, l’esprias est démultiplié et complexifié au sein d’entité anatomique singulière et dévolue à cette charge, appelée « cerveau ». L’esprias a ainsi opéré une transmutation ou transfert progressif dans une partie anatomique spécialisée (la tête) afin d’optimiser sa fonction proactive de transformation.

 

Quel est l’objectif des esprias ?

 

Le but de chaque esprias est de pérenniser son mode de transformation de la matière et l’énergie selon un espace-temps donné et de mourir le plus tardivement possible. A cette fin et au delà des contraintes infractives (le milieu), il est amené par nature et selon diverses stratégies (c’est-à-dire en fonction du principe d’adaptabilité et du principe de la compétition inter et intra espèce moteurs inductifs de la TME 4 et 5) à accepter ou à refuser un rapport inter ou intra-esprias et donc à devoir soit : côtoyer, fusionner avec, se mélanger avec, ignorer, se soumettre à, fuir devant, se cacher, feindre d’être comme, se sacrifier à, se protéger, riposter face à, dominer, envahir, détruire, d’autres esprias.

Notons qu’il existe deux types d’esprias distincts correspondant aux  TME 4 et 5 : l’esprias Facto et l’esprias Sapio. L’esprias Sapio est le propre de l’homme qui sait ce qu’il fait contrairement à l’esprias facto qui ne fait que faire, sans savoir ce qu’il fait dans l’absolu. Le premier, l’esprias Sapio correspond à la TME anthropique, le second, l’esprias Facto, correspond aux TME organiques (animales, végétale et micro TME). Tous deux sont conditionnés par des propriétés intrinsèques dites inductives, ensemble de directives génératrices majeures de fonctionnement propre à chaque type d’esprias, au nombre quatre chez les facto et sept chez les sapio. Regardons quelles sont les points communs et les différences entre ces deux types.

 

Caractéristiques communes et différences entre esprias Sapio et Facto

 

Les points communs :

 

Les esprias sont conditionnés par et circonscrits à l’intérieur de la TME générale. Ils autorisent et permettent à leur tour les TME de type 4 (anthropique) et 5 (organique).

Les esprias agissent selon un espace-temps donné ou recherché. Ceci détermine l’existence d’espaces-temps dit proactifs Sapio ou Facto (ex : le tunnel sous la manche ou les racines d’un arbre sous la terre). A ce propos, on distingue différents types d’espace-temps caractérisés par les notions d’ouverture, de fermeture, de mobilité et d’immobilité et pouvant adopter plusieurs de ces qualités (ex : un astre, une fusée, une maison, une voiture etc.). La notion d’espace-temps est aussi induite par la compétition. Un arbre possède un esprias tout comme un homme, puisque les deux organismes transforment la matière et l’énergie et échangent des informations au sein d’espace-temps qui leur sont propres.

Il n’existe pas d’esprias seul, puisque le propre de l’esprias, en plus de transformer son environnement, est qu’il communique avec ses semblables (type 4 et 5) et avec lui-même (type 4 uniquement). Un homme seul pourrait se parler indéfiniment à lui même mais dépérirait de ce non sens.

Les esprias Sapio et Facto sont des entités organiques de transformation ou entités organiques proactives composées de plusieurs autres entités identiques par échelle d’observation selon l’espèce considérée, appelées cellules espriassiques ou cellules d’esprias (au choix). Ex : les représentants ou individus d’une espèce ou d’une ethnie.

Les cellules espriassiques (les individus) sont conditionnées par des gênes activés ou désactivés et des propriétés inductives dictant leur anatomie, leur comportement et leur évolution en fonction des conditions nouvelles directes et/ou indirectes, infractives et/ou proactives dans l’espace et le temps (entités-cycles pour les esprias Facto et les espaces-temps pour l’esprias Sapio). Les cellules espriassiques sont ainsi assujetties à un ensemble de faisceaux de directives, de stimuli et d’informations relatives à la TME générale (infractive et proactive) convergeant vers les cellules d’analyse dites « reptiliennes » remplissant la fonction liée à la survie et par voie de conséquence à celui du groupe tout entier, si la logique est respectée.

 

Les différences :

 

Les esprias Facto sont strictement assujettis aux TME infractives ; les esprias Sapio  tentent de s’en affranchir.

Des deux types d’esprias, le Facto est le seul à être assujetti par tous les sous types de TME (1, 2, 3 et 4). La médecine ayant, a priori, définitivement annihilé le pouvoir d’anéantissement à caractère infractif potentiel de ce dernier sur l’esprias anthropique, sauf intérêt et/ou exception espriassique particulier (comme les virus de laboratoire ou les armes bactériologiques).

De tous les esprias Facto, le végétal est le seul avec les champignons et les coraux à ne pouvoir s’enfuir. Sa seule défense est son caractère explosif au sein de l’entité cycle ou l’espace-temps infractif. Ceci explique les noms utilisés pour qualifier certaines époques géologiques en lien avec ce caractère luxuriant, ex : le carbonifère pour les arbres (entre -358 et -299 millions d’années) ou l’explosion cambrienne (entre -541 et -530 millions d’années) correspondant à l’apparition soudaine à l’échelle géologique  de la plupart des grands embranchements actuels de métazoaires ainsi qu’une grande diversification des espèces animales, végétales et bactériennes en raison de l’apparition de la prédation entre les esprias, favorisant les stratégies comportementales et les modifications morphologiques de défense et d’attaque.

La transmission d’un esprias au sein d’un même groupe espriassique s’effectue selon un mode d’autonomie déterminé.

 

Il existe 3 modes reproductifs d’autonomie différents :

-Un mode reproductif d’autonomie direct ; c’est-à-dire, exclusivement génétique (ex: les poissons, les reptiles, certains insectes, les invertébrés, les végétaux, et les micro- organismes).

-Un mode reproductif d’autonomie indirecte (dont l’esprias Sapio) : par une aide, une présence, un contact et un langage (exemple : les mammifères, les marsupiaux). Sans ce procédé, le réceptacle d’activation génétique de l’esprias en question reste vide et incomplet. Les gênes disposés à recevoir les informations nécessaires au développement de l’esprias dit social étant non-activés cela conclut à l’impossibilité pour l’organisme d’agir et de transformer, par conséquent il dépérit. (Exemple: l’expérience menée au 13ème siècle par l’Empereur Frédéric II « sur » six nouveaux nés humains nourris sans contact, ni son, par des sages-femmes, afin de savoir quelle langue ils parleraient instinctivement, ont fini par tous dépérir). Sans le savoir, le monarque démontrait l’existence de ce mode reproductif d’autonomie indirecte des esprias de type mammifère.

-Un mode reproductif d’autonomie direct et indirect : ex : certains insectes sociaux dont le comportement général s’exprime par et pour le groupe entier, entraide et nurserie.

Ex : les ruches et les fourmilières.

 

Les deux modes d’interactions inter et intra esprias communs

 

Interactions acceptées :

 

– La symbiose : une relation où la survie de deux esprias dépend de leur association.

– Le mutualisme : une relation de coopération, où deux esprias retirent un avantage qui peut être lié à la protection, au déplacement ou à l’alimentation. Par contre, cette relation n’est pas essentielle à la survie des deux esprias.

 

Interactions refusées :

– La prédation : une relation dans laquelle un esprias en consomme un autre.

– La compétition : une relation entre des esprias qui ont besoin des mêmes ressources (territoire et alimentation). L’un des esprias, généralement celui qui est le plus adapté et le plus puissant, tirera profit des ressources disponibles au détriment de la croissance ou la survie des autres.

– Le parasitisme : une relation où un esprias profite d’un autre esprias en lui étant nuisible.

– Le commensalisme : une relation entre deux esprias, mais pour laquelle un seul d’entre eux retire des bénéfices. L’autre esprias ne subit toutefois aucun dommage et n’en retire aucun avantage.

– Verbes associés : ignorer, fuir, se cacher, feindre, se sacrifier, soumettre, dominer, torturer, manger, détruire, annihiler, envahir, voler.

Toutes ces interactions sont conditionnées par développement externe comportemental (une stratégie d’ordre spatio-temporelle donc géographique et historique) et/ou interne biologique (une adaptation comportementale et/ou une mutation anatomique selon la loi de l’évolution de Darwin induite par la TME ; ceci, afin de permettre l’émergence du meilleur « vecteur » de l’objectif recherché par le Système selon ce même équilibre induit.

 

C’est ce même schéma qui commande au rapport proie-prédateur dans le règne animal et la compétition intra et inter-espèce obligeant chaque représentant d’une même espèce à la fois à devenir le meilleur au sein de son propre groupe et au sein de toutes les autres espèces existantes (potentielles) dans son milieu de vie, son biotope, sa biosphère, autrement dit, son espriastope et son espriasphère.

 

Les propriétés inductives des esprias facto de la TME organique

 

Les quatre propriétés inductives d’un esprias facto organique animal

 

1- Les gènes, une espèce (une anatomie), un ou des espaces-temps,

2- Un langage et un comportement (tous les organismes d’une même espèce communiquent entre eux et se comportent d’une manière selon leur espèce).

3- Un régime alimentaire (végétarien, carnivore, omnivore, insectivore, oligovore, minérovore).

4- Un ou plusieurs modes de déplacement spatio-temporel et d’implantation (terrestre, aquatique, aérien, amphibien, extra terrestre)

Exemple : Les fourmis rouges et les fourmis noires correspondent à un esprias Facto de type organique. Chacune de ces espèces est composée à son tour de cellules espriassiques de fourmi de sa propre espèce et définies par plusieurs propriétés inductives déterminant une éthologie et une biologie déterminées. En ce sens, certaines fourmis font et sont certaines choses et d’autres fourmis sont et font certaines choses selon qu’elles sont déterminées par telle ou telle propriété inductive génétique « directes et indirectes », car ce qui est acquis est aussi ce qui est inné d’une certaine manière, tout étant une question de mode de transit de l’information. Il en est strictement de même chez les humains (les esprias anthropiques).

 

Les quatre propriétés inductives d’un esprias facto organique végétal

 

1- Les gènes, une espèce (anatomie).

2- Un langage et un comportement.

3-Un régime alimentaire et « calorifique » dit photosynthèse et, au besoin, (carnivore, insectivore, oligovore, minérovore).

4-Un ou plusieurs modes de déplacement spatio-temporel et d’implantation (terrestre, aquatique, aérien, amphibien) par sensorimotricité et dissémination reproductive multimodale.

 

Les quatre propriétés inductives d’un esprias facto organique de la micro TME (champignons, virus, bactéries, organismes unicellulaires)

 

1- Les gênes (ADN ou ARN), un type d’environnement (températures, pression, luminosité, type d’espace infractif ou proactif (cosmique, aquatique, aérien, hôte).

2- Un langage et un comportement.

3- Un régime alimentaire.

4- Un ou plusieurs modes de déplacement spatio-temporel et d’implantation (organique, terrestre, aquatique, aérien, amphibien, extra terrestre). On peut entrevoir dans cette catégorie un cadre embryonnaire des développements des esprias ou proto-esprias au sein de l’évolution fruit d’un brassage de particules élémentaires aux conditions infractives optimales.

 

Un esprias remarquable : l’esprias anthropique

L’esprias anthropique (au sens de l’espèce humaine) est un programme de la TME générale propre aux hominidés homo sapiens sapiens de type exclusif Sapio par définition. Il s’agit, en d’autres termes, du logiciel par excellence de la TME anthropique : une entité-programme impalpable située à la fois dans le cerveau et dans l’ADN des humains et déclinable en autant d’autres esprias de « formes » variables par système de reproduction ou fusion. Ces déclinaisons expriment une opération d’auto-reproduction. L’humanité toute entière représente l’esprias anthropique composé à son tour de différents types d’esprias selon l’échelle d’observation employée communément appelés pays, ethnies, cultures ou individus, etc. Aucune règle ne détermine, a priori, sa dimension maximale spatio-temporelle extra-géographique et démographique.

Chaque type d’esprias anthropique, quelle que soit l’échelle d’analyse (du pays à l’individu), est déterminé par un certain nombre de propriétés inductives qui déterminent à leur tour chaque cellule espriassique. Les propriétés inductives peuvent s’hybrider et se transformer à la fois à l’intérieur d’un esprias anthropique donné (exemple en France), entre différents esprias anthropiques (exemple plusieurs pays de la planète Terre) et entre plusieurs cellules donnés (les individus), c’est la différence entre « l’intra » et « l’inter » évolution espriassique anthropique. Ces propriétés inductives peuvent s’hybrider sans modifier leur niveau d’inductivité propre.

Avant d’étudier ces propriétés inductives anthropiques remarquables au nombre de sept au lieu de quatre chez les esprias facto, observons tout d’abord quels sont les grands groupes d’esprias anthropiques par échelle et niveau de développement.

Il existe 7 grandes échelles d’étude générale : l’échelle générale (le principe de l’esprias anthropique en tant que tel), la méta échelle (les grands courants espriassiques), la méga échelle (les grandes entités continentales et géographiques espriassiques), l’échelle standard (les pays classiques autonomes et indépendants), l’échelle morcelée (les continents et les pays instables et divisés), l’échelle confinée ou communautaire (les entités espriassiques particulières et esseulées), l’échelle familiale et individuelle dite « cellule espriassique » et constituante obligatoire de toutes les autres entités espriassiques précédentes.

Deux pays sont ainsi différents parce qu’ils possèdent un esprias différent selon des propriétés inductives différentes. Il existe ainsi autant d’esprias que de combinaisons de ces propriétés inductives, que nous verrons ultérieurement. Selon la puissance de ces propriétés, nous pouvons ainsi observer six niveaux espriassiques qui évoluent en fonction de l’emprise et l’influence spatio-temporelle générée par la compétition générale.

Les méta-esprias

Définis par l’étendue géographique d’un schème espriassique linguistique et politique. Ex : le méta-esprias libéral anglo-saxon (occidental au sens large), le méta-esprias libéral asiatique et le méta-esprias libéral hispanique.

Les méga-esprias

Les grandes nations ou entités mondiales dominantes : USA, Chine, Russie, Brésil. L’Afrique  et l’Europe (balkanisées ?)

Les esprias standards

Ex : L’esprias français, l’esprias turque, l’esprias anglais (schème espriassique) du méta-esprias libéral anglo-saxon.

Les esprias balkanisés ou morcelés

Ex : L’Afrique dans son ensemble, l’Amérique centrale, le Moyen-Orient, par technique de séparation et de division espriassique afin de soustraire les ressources de l’espace-temps infractif.

Les esprias confinés ou communautaires

Ex : Les Inuits, les indiens d’Amérique du Nord dans les réserves

Les cellules espriassiques

Chacun d’entre nous

La situation de chaque (pays) est affinée selon le rapport entre la superficie territoriale, le nombre total d’habitants (les cellules espriassiques), l’influence économique, religieuse, technologique et médiatique, l’IDH, le PIB et le type d’armement. D’autres facteurs peuvent aider à améliorer ces distinctions et ces positionnements.

L’esprias anthropique: Typologie scalaire générale

 

Les sept propriétés inductives de l’esprias anthropique par ordre d’importance intrinsèque et extrinsèque

 

1- Les gènes, une ethnie, un pays émetteur (un espace-temps) (différenciations anatomiques, biologiques, géographiques et historiques)

2- Une langue (la reconnaissance, l’image, le son et l’entendement), un comportement.

3- Une organisation sociale, politique, économique et religieuse

4- Des habitudes et des coutumes alimentaires (le gout et l’odorat)

5- Des codes vestimentaires (la vue, la reconnaissance, l’image, la pudeur, la hiérarchisation)

6- Des habitudes et des coutumes artistiques, musicales, architecturales et artisanales.

7- Des techniques innovantes et scientifiques et de déplacements (avion, voiture, fusée, bateau, sous marin, etc.). L’armement (type et quantité). Espace-temps virtuel (internet), cinéma, médias, images.

 

Les propriétés 1, 2 et 3 font l’objet des principales causes de conflits inter et intra-esprias et la 7 (l’armement) par prétexte recherché.

L’ensemble de ces propriétés inductives ne sont que langage et transfert de matière et d’énergie.

Elran Valceka

Copyright France 2020

Extrait des trois clés de l’univers